La pensé latérale (Lateral Thinking) est un concept développé dans les années 60 par Edward de Bono.

Expliquée pour la première fois dans son livre The Use of Lateral Thinking, la pensé latérale est aujourd’hui à la base de plusieurs techniques de créativité.L’objectif principal de la pensée latérale est d’obtenir des idées nouvelles, des idées inattendues. Pour rencontrer cet objectif, le « penseur latéral » (Lateral Thinker) doit pouvoir modifier sa perception du monde.

Le cerveau préférant le confort de patterns pré-construits (personnels ou culturels), il n’est pas naturellement enclin à modifier notre perception.

De ce fait, il faut trouver des moyens de le forcer à considérer des points de vue alternatifs, le forcer à penser autrement.

Vidéo d’Edward de Bono sur la pensée latérale

La vidéo Edward De Bono : Expert de la pensée créative (Edward De Bono : Expert on creative thinking) se veut une brève synthèse de l’approche d’Edward de Bono et des prémices ayant servi au développement de la pensée latérale. Au cours de la vidéo, il aborde sept thèmes, que nous résumerons sous les titres suivants :

  • Le cerveau humain, est-il temps de changer de logiciel?
  • La pensée créative, résultat d’un effort conscient
  • La relation entre la pensée et le progrès : un exemple
  • Faire différemment, est-ce cela être créatif?
  • La peur de l’erreur, frein important à la créativité
  • La provocation, antidote à la pensée logique
  • Penser hors des sentiers battus.

 

 

Le cerveau humain : est-il temps de changer de logiciel?

Edward de Bono, utilisant l’ordinateur comme analogie, mentionne que dans notre civilisation occidentale, le logiciel utilisé pour régir notre façon de penser, est encore grandement influencé par Socrate, Platon et Aristote, soit un logiciel de plus 2400 ans et qu’il serait temps de remettre en question nos façons de penser.

La pensée créative, résultat d’un effort conscient

La pensée créative est une habilité et non pas uniquement un talent individuel. De ce fait, on peut déduire que toute personne faisant un effort en ce sens pourra démontrer des habilités couramment associées aux penseurs créatifs. Il serait faux de croire que la pensée créatrice n’est accessible qu’aux artistes ou qu’aux personnes prédisposées à ce mode de pensée.

La relation entre la pensée et le progrès : un exemple

Preuve de l’importance de la pensée sur la capacité de l’individu, voir d’une nation à participer au progrès, de Bono cite un exemple qui relate qu’il y a 2000 ans, la Chine était très en avance par rapport à l’Occident, elle possédait déjà plusieurs technologies avancées pour l’époque, tel que des roquets, des fusils, et de la poudre à canon. Qu’est-il arrivé?

Les penseurs chinois se sont mis à croire que l’on pouvait avancer de certitude en certitude.  De ce fait, ils n’ont jamais développé un système de possibilités, c’est-à-dire développé des mécanismes mentaux utilisant l’hypothèse, la spéculation, l’imagination. Le progrès a donc cessé.

Faire différemment, est-cela être créatif?

Qu’est-ce qu’être créatif. De Bono apporte une réponse sans équivoque à cette question.

Être créatif, c’est d’apporter des idées qui ont de la valeur.

Contrairement à ce que plusieurs pensent, le fait d’être créatif  n’a rien avoir avec le fait de faire différents des autres.

Il affirme même que d’être différent pour être différent ce n’est pas être créatif. En fait, ce comportement participe à donner donner mauvaise réputation à la créativité. À l’aide d’un exemple, il illustre sa pensée : Si vous regardez une porte et vous dites que les portes sont généralement carrées, alors faisons une porte triangulaire. À moins que vous puissiez démontrer de la valeur dans cette modification, ce n’est pas de la créativité. C’est juste être différent, pour être différent.

La peur de l’erreur, frein important à la créativité

Un des aspects qui revient souvent lorsque l’on cherche à trouver les freins à la créativité, c’est la peur de l’erreur, la peur de se tromper. Edward de Bono, explique que les gens sont réticents à être créatifs de manière générale car le fait d’essayer une idée et de se tromper est généralement considéré comme étant une erreur.

Il fait mention du fait qu’une des grosses lacunes du langage est l’absence d’un mot qui signifierait « un risque totalement justifié qui pour des raisons totalement hors de mon contrôle n’a pas réussi ».

De fait, on est amené à recourir au mot «erreur» pour tout ce qui ne réussit pas. Le fait de faire des erreurs étant (très) mal perçu, on craint d’en commettre, d’autant plus que l’on croit souvent qu’elles peuvent entraver la capacité à obtenir des promotions, voir entacher une carrière.

La provocation, antidote à la pensée logique

Edward de Bono explique que la provocation est l’un des principes fondamentaux de la pensée latérale, car elle est l’outil par lequel le penseur latéral obtiendra de nouvelles idées.

Selon la manière habituelle de penser, soit la façon logique, on est astreint à dire des choses qui ont du sens, c’est-à-dire qui correspondent à notre expérience et à ce que l’on a dit précédemment.

La provocation a pour principal bénéfice de permettre au penseur d’affirmer quelque chose qui trouvera sa raison d’être à posteriori. Sa capacité à remettre en question de façon instantanée un système de pensée s’avère un avantage important pour sortir des sentiers battus.

Penser hors des sentiers battus

Comme on le constate, la pensé latérale vise à permettre à la pensée de sortir des sentiers battus et ainsi trouver de nouvelles idées.

«Think outside the box », c’est essentiellement penser hors de la pensée usuelle, c’est-à-dire être créatif.

De Bono, illustre de la façon suivante le processus pour y parvenir.

Au départ, notre pensée se situe à l’intérieur d’une boîte, boîte constituée de contraintes, d’attentes, de conceptions prédéterminées et de perceptions que nous utilisons lorsque nous pensons à l’intérieur de celle-ci.

Le défi, lorsque l’on souhaite trouver de nouvelles idées est de penser à l’extérieur de cette boîte, de s’échapper de celle-ci en modifiant les différents paramètres de ces éléments.

On vise à changer ses concepts, perceptions, contraintes, règles; on vise à penser hors des limites habituelles pour obtenir des idées qui n’auraient pu être évoquées si on était resté dans la boîte de la pensée usuelle.

FrenchEnglishSpanish